Ils sont sept, âgés de 23 à 60 ans. Hommes, femmes, mère, jeunes filles, ils viennent de différents horizons. Tous se livrent à visage découvert, avec courage. Chacun fait part de son histoire, avec ses émotions et ses mots. Des récits à la fois uniques et universels, où il est question des silences, du sentiment de culpabilité, de l'absence de repères, de l'immense solitude, de la lâcheté de toute une famille.

On ne peut comprendre l'inceste que si l'on prend en considération le fonctionnement de la cellule familiale, et pas seulement la relation abusé(e)/abuseur. C'est un des mérites du film que de mettre au jour ces mécanismes. Le documentaire veut aussi transmettre un message d'espoir en donnant la parole à des hommes et à des femmes qui ont su se reconstruire. Leurs témoignages constituent une main tendue à ceux qui, comme eux autrefois, étouffent aujourd'hui sous une chape de silence.

Quel est le profil d'un homme incestueux ? Pourquoi passe-t-il à l'acte ? Les réalisateurs dressent les portraits psychologiques d'hommes qui ont un jour franchi la ligne jaune.

Bernard et Romain, deux pères reconnus coupables d'attouchements sur leurs enfants, se livrent avec franchise. L'enquête revient aussi sur différentes affaires récentes, dont celle de Magnanville, où un quinquagénaire a été condamné à quinze ans de prison pour avoir séquestré, torturé et violé son beau-fils. Un film éclairé par des témoignages d'experts.

Crime