Un tour d'horizon des différentes utilisations possibles des cadavres pour les besoins de la science à travers le monde : recherches en anthropologie, crash-tests.

Vous aimiez, de votre vivant, attirer les regards ? Faites don de votre corps à l'institut d'anatomie de l'université de Kiel. Si vos organes le méritent, le préparateur en fera des oeuvres colorées et esthétiques qui seront exposées à l'institut. Si vous voulez être plus banalement utile à la science, contactez le CHU de Baltimore, dans le Maryland, où, pendant leur temps libre, des chirurgiens se font la main sur des cadavres encore frais. Adepte du grand air, adressez-vous plutôt à l'université du Tennessee : votre dépouille sera déposée derrière l'institut de recherche d'anthropologie et s'y décomposera sous haute surveillance scientifique. Aucun de ces moyens d'aider votre prochain ne vous attire ? Il vous reste le laboratoire de biomécanique appliquée de l'université de Marseille. Ses crash-tests permettent d'améliorer les connaissances sur les lésions liées aux accidents de circulation et sauvent chaque année des milliers de vies en Europe.

Société