Internet a été créé par des hippies qui prenaient du LSD afin de permettre aux ordinateurs de communiquer, et protéger les communications -même en cas d’attaque nucléaire.

Revenons aux bases : Internet n’est pas qu’un réseau qui connecte des ordinateurs avec des tuyaux. Conçu pour que chacun puisse parler à tous, le Net est aussi et surtout une histoire d’individus, de gens (#lesgens), une agora façonnée, sans concertation, par ceux qui s’y expriment.

Et puis, parce que cet improbable choc des cultures (militaires+chercheurs+hippies+LSD) a donné naissance à un espace de libertés sans précédent, on a aussi décidé de raconter "Une contre-histoire de l'Internet". En mode documentaire cette fois. L'histoire de cet espace qui, même si certains le nomment "virtuel", est rempli d'individus (#lesgens, toujours eux) et qu'il est difficile de les censurer ou de les contrôler : sur le Net, il n’y a pas d’un côté ceux qui ont le droit de s’exprimer et de l’autre ceux qui n’ont que le droit d’écouter.

Ce qui a le don de contrarier certaines élites, politiques et industrielles, qui avaient jusque-là un quasi-monopole de la parole publique, et qui n’ont de cesse que de vouloir le “réguler”, contrôler, surveiller... Du coup, certains utilisateurs, hackers #oupas et surtout défenseurs des libertés, entrent dans l’arène politique. Leur crédo : la loi, c’est comme le code, on peut la hacker.