Richard Hammond dévoile comment l'ingénierie a permis de créer, sur une zone sismique, l'un des plus longs ponts au monde. Construire un édifice de presque trois kilomètres, dans des eaux profondes de soixante cinq mètres, était presque un défi relatif pour le pontage du golfe de Corinthe en Grèce. La construction enjambera une des fosses sismiques les plus actives d'Europe. Pour cette mise en place, il faudra lutter contre la vase, empêcher le pont de basculer et limiter le tapis pour qu'il ne gondole pas ou ne s'écrase sur la jeté. Richard nous explique la portée du défi avec une série de constructions antisismiques, puis met en pratique ces techniques qui permettront au pont de tenir debout. Un système antiroulis vient parfaire le tout.

Les mesures contre les tremblements de terre laissent le pont vulnérable face aux autres aléas naturels : le vent qui s'engouffre en entonnoir dans le golfe de Corinthe ou encore les fines pluies ... Pour lutter contre ces catastrophes, les ingénieurs se sont inspirés de l'encens indien, de cannettes de soda, d'un toboggan, d'un hamac et de cheminées métalliques. Le résultat, achevé à temps pour les Jeux Olympiques de 2004, concrétise le rêve centenaire de relier deux villes, distantes de 300 kilomètres par terre, et seulement de deux kilomètres par mer.